« Ko-Ko » et les origines du jazz

  12018.jpg

« Le visible est la manifestation de l’invisible » : c’est sur cette affirmation que se clôt le livre d’Alain Pailler, maître magicien à nous faire voir les merveilles de Duke Ellington depuis au moins deux livres un tiers[1], ce nouvel opus portant en titre le nom d’une pièce aussi fascinante qu’étrange intitulée « Ko-Ko »[2].

  dukeellingtonjohncoltranedigipackcdz.jpg

De cette affirmation, qui pourrait être celle de Spinoza, de Kandinsky et de quelques autres dont il serait éclairant de faire la liste, et qui est ici empruntée par Alain Pailler à Alphonse-Louis Constant alias Eliphas Levi, « Ko-Ko » est la plus magistrale démonstration qui soit.

kokocouv1er.jpg

Ce livre dans lequel on est d’entrée plongé, précipité faudrait-il dire, comme dans un océan de passion, de musique, de sonorités étranges, comme dans des jungles foisonnantes, aux chemins incertains, déroutants, ce livre nous dit beaucoup sur cette pièce d’Ellington.

On pourrait s’attendre à une analyse musicologique, à des comparaisons savantes, à une affaire de spécialiste et de savant. Et seuls les dieux du jazz savent combien Alain Pailler en connaît des milliers de choses et bien davantage encore sur Duke Ellington et sur ses hommes, sur ses musiques ! Il en sait, cet écrivain amoureux des secrets et des mystères, sur cette musique et sur ce musicien qui l’inventa de manière si prodigieuse ! 

  koko.jpg

Mais ce qu’il nous procure ça n’est pas une connaissance pointilleuse de « Ko-Ko », c’est avec admiration, tout ce qui fait que ce morceau singulier, à bien des égards « pas comme les autres », est emblématique non seulement des inventions ellingtoniennes, mais peut-être du jazz tout entier :

« Une brève coda fait mine de rassembler les énergies retombées afin de les relancer vers les sublimes hauteurs conquises quelques instants auparavant.

Pièce sauvage, agressive, barbare, Ko-Ko s’impose par son caractère dissonant d’une déchirante beauté. Derrière un manteau d’encre s’agrègent des fulgurances d’orage ».

  2026183dukeellingtonthebigbandsoundofdukeellington.jpg

De là où vient Ko-Ko, de là où cette musique trouve son origine – sans doute dans le tréfonds absolu, sans doute dans l’origine même du monde –, dans l’invisible où elle naît et se déploie et qui est cela même qui nous permet de voir, de là vient le jazz. C’est pourquoi, Charles Mingus et Miles Davis, sans doute, furent les continuateurs du grand œuvre ellingtonien, chacun à leurs manières sauvages, c’est-à-dire si singulières.

C’est tout ceci que nous dit Alain Pailler, qu’il nous fait vivre. Et, c’est comme si l’enthousiasme nous emportait[3]. Comme si les dieux du jazz nous transportaient soudain. En lisant Ko-Ko, en écoutant Ko-Ko. Et le jazz tout entier.

  0724352575428175.jpg0724352575428175.jpg

Et on trouvera ici « Ko-Ko » parmi toute la musique du Duke:

http://www.musicme.com/Duke-Ellington/albums/Duke-Ellington-0884463067417.html?play=01



[1] Alain Pailler a déjà publié chez Actes Sud « Plaisir d’Ellington » et « Duke’s place » et chez Rouge Profond « La preuve par neuf » dont l’un des trois chapitres est consacré aux trios du Duke.

[2] Editions Alter Ego 3 rue Elie Danflous 66400 Céret.

[3] Voir page 8 de « Ko-Ko ».



La musique des souvenirs

runionmaurice2011378.jpg  

« Quand passent les nuages, quand le soleil s’efface, quand le temps change, c’est comme si le temps s’écoulait … au loin le ciel s’éclaire, au loin le ciel s’assombrit… »

  runionmaurice20113571.jpg

Dans un texte inédit, Alain Gerber, l’auteur de « Longueur du temps » qui paraît aux éditions Alter ego, écrit :

« … Dans cet art extravagant

Réservé à d’inconscients extralucides

Jouer une musique qui n’existe pas

Ce qu’on dit peut être aléatoire … »

  runionmaurice2011071.jpg

Ne doutons pas qu’il y ait là comme une sorte de manifeste dont ce dernier livre serait comme la réalisation, pleine d’extravagances, d’inconsciences visionnaires, de musiques irréelles et de hasards qui ne seraient que des formes abouties du destin.

Avec aujourd’hui bien plus de cinquante titres à son actif, avec des centaines d’émissions de radio sur France Musique et France Culture, Alain Gerber est à la fois un créateur prolixe et un inventeur fertile. Couronné depuis maintenant plusieurs décennies par de prestigieux prix littéraires (Interallié, Goncourt de la nouvelle, prix de la ville de Paris et bien d’autres encore).

  runionmaurice2011083.jpg

Tous ses livres jouent une certaine musique comme toutes ses émissions musicales nous donnaient à entendre, entremêlés avec de merveilleuses notes bleues, des textes, récits réels ou imaginaires qui nous en disaient davantage que nous ne nous y attendions chaque fois.

  runionmaurice2011084.jpg

Pourtant, « Longueur du temps » est d’une autre nature. Il s’agit bien, ici, d’un texte singulier. Parce que si rien ne dit qu’il s’agit de « poésie » – pas plus l’auteur ne le reconnaît ; mais comme il ne le dénie pas non plus, il est assez clair que nous sommes dans la perplexité qui provient sans doute de cet aléatoire aussi inconscient qu’irréel – il y a bien là, dans la forme, dans l’apparence donc, quelque chose qui y fait penser : la typographie ne pouvant pour une fois peut-être pas nier totalement son rôle !

  runionmaurice2011090.jpg

Mais surtout, c’est que dans « Longueur du temps » c’est tout le temps passé qui surgit : non comme un retour, non comme quelques anecdotes dont le souvenir se ferait plus ou moins présent au fil de l’écriture qui ne serait alors qu’une façon de garder une trace, une sorte d’archéologie plus ou moins précise, plus ou moins juste, un auto-témoignage auquel on ne pourrait alors apporter qu’un crédit tout relatif à la confiance que l’on ferait à celui qui écrit et dont le lecteur ne saurait rien de la sincérité, de l’exactitude du propos.

  runionmaurice2011147.jpg

Ce qui vit dans ces lignes ce ne sont pas des faits ou des « événements » – ni ceux de l’enfance, ni ceux des séjours dans des pays étranges plutôt qu’étrangers, de l’Amérique à l’Afrique sans oublier le plus vieux des continents, ni ceux de l’âge d’homme, ni ceux des épreuves, des joies ou des douleurs, de celles que l’on dit ou de celles qui se cachent mais que l’on ressent et c’est cela l’essentiel – ce qui se vit dans ces lignes de façon primordiale c’est que le temps, celui qui passe, en fait ne passe jamais, jamais tout à fait. On peut ne voir dans une existence que la force ou même que la rage de vivre : il n’empêche, l’instant que nous vivons, dans toute son intensité est toujours plus fort, plus présent, plus réel. Parce qu’il n’est  fait que de ces rêves, des ces inconsciences, de ces extravagances dont nous parle Alain Gerber.

  runionmaurice2011080.jpg

Ce qui est sans doute le plus admirable dans « Longueur du temps », c’est que tout cela nous n’avons pas à le comprendre, parce qu’ici rien n’est démontré, pas même montré, mais que tout est donné, de façon absolue, « généreuse » pourrait-on dire sans doute. Parce que nous n’avons, avec la musique qui est au cœur de chaque phrase, de chaque image, dans chaque présence du passé, du temps retrouvé, qu’à nous laisser aller au fil des souvenirs du plus musicien des écrivains.

  runionmaurice2011631.jpg

Voici pourquoi « Longueur du temps » est un livre comme il n’en existe pas. Et que l’on découvre avec autant de surprises que d’émotions incessantes.



Le bel été de l’anarchie

web01250x250.jpg  web01250x250.jpg

« Dis-moi, connais-tu ce déchirement intime ? Tu penses une chose et tu en fais une autre : pas par lâcheté mais par nécessité. »

   espagne4.jpg

« Je répondis que je comprenais fort bien. En me disant adieu, il me donna une petite tape sur l’épaule, comme cela se fait en Espagne. J’ai encore ses yeux présents à la mémoire. Une volonté de fer s’y mêlait à un étonnement enfantin – un alliage tout à fait inhabituel. »

    313797306998869.jpg313797306998869.jpg313797306998869.jpg313797306998869.jpg313797306998869.jpg

C’est dans le livre de Hans Magnus Enzensberger « Le bref été de l’anarchie » (L’imaginaire/Gallimard) qui est paru il y a quelques mois que l’on trouve ce portrait du révolutionnaire anarchiste espagnol Buenaventura Durruti.

   durrutiportrait.png

Voici un livre essentiel. Même si la traduction qui nous en est donné n’est pas empreinte de défauts parfois irritants. Mais cela n’est que problème de forme…

   ramblas.jpg

Pourtant on peut se demander ce que vient  faire cette « référence » à un personnage historique si « marginal », dans ces lignes dont le jazz est, en principe, l’objet ?

Rappelons-nous seulement que cette musique qu’est le jazz contient une dimension de révolte et de liberté qui en fait une sorte de chant constant et libertaire. Ce qui pourrait peut-être suffire.

   durruti3.jpg

Mais surtout, un double CD paru en 1996 sur le label Nato était entièrement consacré à Durruti. Il est réédité ces jours-ci. Voici donc, en quelque sorte, « l’actualité » de ce propos.

Dans ce CD on trouve parmi beaucoup d’autres des musiciens comme  Tomy Hymas, Tony Coe, Noël Akchoté, François Corneloup, Michel Godard, Benoît Delbecq, Steve Argüelles, Marc Ducret, Evan Parker, Dominique Pifarély, François Couturier…

   durruti.gif

Les deux livrets de l’édition de 1996, l’un étant le récit de la vie de Durruti et l’autre le recueil des textes qui sont soit chantés dans cet enregistrement, soit qui ont servi d’inspiration à la composition de musiques originales, sont essentiels pour apprécier pleinement cette création assez insolite.

Assez insolite pour être appréciée, pour en dire tout l’intérêt. Parce que Buenaventura Durruti est un personnage qui doit nous apprendre que nous sommes avant tout maîtres de nous-mêmes et que, pourtant, la liberté à non seulement un prix mais qu’elle se paye sans cesse et souvent très cher. Parce que, si nous l’ignorions, nous devons nous souvenir que le jazz est aussi un combat, même si ce propos peut sembler bien dérisoire par rapport à ce que fut la guerre civile espagnole de 1936 et au destin de Durruti.

   durruti1.gifdurruti1.gifdurruti1.gifdurruti1.gif



Un siècle seulement avec Robert Johnson

robertjohnson.jpgrobertjohnson.jpgrobertjohnson.jpgrobertjohnson.jpgrobertjohnson.jpg

Le 8 mai 2011, si l’on en croit les chroniques (mais il ne faut jamais les croire, surtout dans ce cas où tout est incertain) nous pourrions célèbrer l’anniversaire de la naissance de Robert Johnson.

Robert Johnson est non seulement présent au coeur de celles et de ceux qui aiment ce que l’on appelle le blues mais aussi, et de la même manière, chez toutes celles et tous ceux aussi qui aiment le jazz. Et sans doute, bien d’autres musiques, rock an’ roll en tête.

jimdragon.gifjimdragon.gifjimdragon.gif

C’est un texte extrait du roman noir de James Sallis « Le faucheux » (Folio policier Gallimard) qui – comme sur www.michelarcens.unblog.fr – constitue le centre de l’évocation de Robert Johnson sur « Notes de jazz ».

« Parce que l’esclave ne pouvait pas dire ce qu’il pensait… il disait autre chose. Il ne tarda pas à dire toutes sortes de choses qu’il ne pensait pas. Nous appellerions cela de la dissimulation. Mais ce qu’au fond, il voulait dire, c’était cela, le blues… Un jour il a dit à un journaliste que les jeunes avaient tort. Ils essayaient de rentrer à l’intérieur du blues, alors que c’était un moyen de sortir, sortir des journées de travail de seize ou dix-huit heures, sortir de leur cadre de vie, de ce qui les attendaient eux et leurs enfants, sortir tout simplement de cette souffrance qui ne les lâchaient pas…

C’est ainsi qu’a évolué le blues pour finalement devenir une autre forme de dissimulation, une autre façon de ne pas dire ce qui était exprimé. Un moyen « sans danger » d’affronter la colère, la souffrance, les désillusions, la rage, la perte des choses. Lorsque le bluesman chante que sa chérie l’a encore quitté, il n’évoque pas la fin d’une relation amoureuse, il pleure le détournement de son existence et de son être [...]

klossowski.jpgklossowski.jpgklossowski.jpg

[...] J’ai éteint la télé, je me suis resservi du whisky et j’ai essayé d’imaginer comment ce serait sans elle. Je suis sorti sur le balcon pour observer le défilé des âmes, les propres et les sales, dans la rue en contrebas. L’association du froid extérieur et de la chaleur intérieure procurée par le whisky était enivrante, électrique. Demain serait porteur de bonnes nouvelles. Vicky ne partirai pas. »

untitled.bmp

http://www.musicme.com/Robert-Johnson/albums/The-Centennial-Collection-0886443001466.html?play=01

robert20johnson2.jpgrobert20johnson2.jpgrobert20johnson2.jpg

Et, voici pourquoi cette autre citation, de Lorand Gaspar cette fois (« Derrière le dos de Dieu » Gallimard 2010), dit si bien ce qu’est la musique de Robert Johnson:

« Nous n’avons que cette musique – multitude blessante et joyeuse pour toucher le feu qui nous habite. »

cwarticleimage1large.jpgcwarticleimage1large.jpgcwarticleimage1large.jpg

Est-ce la raison pour laquelle une chanteuse, plutôt qu’un chanteur, fut-il Eric Clapton, fussent les Stones eux-mêmes, est-ce la raison pour laquelle une chanteuse de jazz, Cassandra Wilson consacra un album à Robert Johnson? En donnant à cette musique toute la vie qui l’habite… depuis cent ans et pour longtemps sans doute…

20081204mhtdek81fqkbem66kxxj3x2fy8preview.jpg20081204mhtdek81fqkbem66kxxj3x2fy8preview.jpg20081204mhtdek81fqkbem66kxxj3x2fy8preview.jpg

http://www.musicme.com/Cassandra-Wilson/albums/Robert-Johnson-5099751257325.html?play=01

Une autre chanteuse a, elle aussi, magnifiquement chanté Robert Johnson. C’est Patti Smith qui nous a donné une interprétation si brûlante de « Come on in my kitchen ».

pattismith2.jpgpattismith2.jpgpattismith2.jpgpattismith2.jpg

Si vous souhaitez écouter cette musique et que, comme moi, vous ne la trouviez pas encore (elle devrait, je pense, ne pas trop tarder) sur le « net » ou dans vos discothèques préférées vous pouvez me la demander, je vous enverrai par « mail » le fichier correspondant.

pattismith.jpgpattismith.jpgpattismith.jpgpattismith.jpg

Il y a des bonheurs qui ainsi se méritent !!!

pattismith3.jpgpattismith3.jpgpattismith3.jpgpattismith3.jpgpattismith3.jpg



« Excelsior » ou la musique « entre la fin et l’infini »

bill.jpgbill.jpgbill.jpgbill.jpg

C’est un regard, c’est un enfant qui court  dans les rues de la petite ville, c’est une main qui prend celle de son amie, c’est le parfum que j’attends, celui des fleurs du printemps et celui de cet ice-cream dont j’ai rêvé et qu’enfin, maintenant je savoure avec innocence sous le soleil qui revient. C’est une musique lointaine, une musique du passé. C’est une musique si présente, si neuve. C’est un instant qui oscille, entre la fin et l’infini.  C’est ici, lorsque l’eau et le ciel, quand ils ont la même couleur, se confondent. (1)

Les souvenirs du passé, ceux de l’enfance pas plus que tous les autres, ne sont ceux d’autrefois. Ce sont seulement les moments que nous vivons. Aujourd’hui, à cette seconde.

Nous ne nous souvenons de rien. Parce que nous n’oublions rien. Nous sommes tout cela que nous sommes. Que nous fûmes peut-être. Mais c’est pareil.

 downtown20196320rmthumb.jpg

Le pianiste Bill Carrothers fait bien plus que nous décrire, que nous raconter à la manière d’un récit de ses années d’enfance et d’apprentissage, la petite ville d’Excelsior, Minnesota dans ce nouveau chapitre de « Jazz and the city » la série imaginée par Jean-Jacques Pussiau  et qui nous a déjà amenés à New-York avec Kenny Werner ou à Paris avec Eric Watson. (« Excelsior » Outenote records 007 distribution Harmonia Mundi)

 1884342093916957378251294381470665148652585581686n1.jpg

Il n’y a ici rien d’une évocation, rien qui ressemble à une description. Ni de la ville, ni pas même de ce qui a pu arriver au jeune enfant d’alors dans cet Etat du North middle west. Et s’il y avait parfois, au hasard d’un titre ou d’une phrase musicale l’esquisse d’une narration, ne nous y trompons pas: là ne se trouve pas le cœur de cette musique. Il n’y a rien non plus en elle, à aucun moment, quelque chose qui nous dise ce que le musicien d’aujourd’hui pense d’Excelsior, de  ce que cela évoque en lui, quels sont les bons et les moins bons souvenirs. Il n’y a rien de nostalgique dans ce qu’il a inventé pour lui, pour nous, il n’y a pas davantage de regrets que d’images heureuses. Ce que nous entendons, ce qui se joue – car, soyons-en persuadés, ce que nous entendons est ce qui se joue – c’est bien davantage, c’est même seulement cela,  c’est Bill Carrothers qui vibre dans sa musique, avec elle, par elle, en cet instant même où il l’invente.birds.jpg 

Les lieux que nous habitons, ceux où nous vivons, sont des rues et des couloirs de métros, des chemins dans la campagne, des ruisseaux, des vallées ou des lacs, des chambres solitaires ou des maisonnées à n’en plus finir, les lieux que nous habitons sont comme des mondes fermés. Non qu’ils soient secrets mais secrets ou racontés, ils n’ont en eux-mêmes rien à nous dire, rien à nous faire comprendre. Pas davantage que les yeux de notre mère, pas davantage que la main de notre amour. Mais, le regard d’une mère, la main qui prend la main c’est cela-même qui est une vie. Et c’est cela que nous voyons d’abord, c’est cela que nous ressentons. Avant même d’apercevoir des yeux ou une main.

 piertwo.jpg

C’est ce regard qui nous touche et nous atteint qui est essentiel, qui est premier, que nous percevions le matin à notre réveil, avant de partir à l’école, et non pas ces yeux et seulement ces yeux, qui pouvaient bien être bleus ou noirs et peut-être étaient, eux aussi, encore ensommeillés.  C’est la caresse de la main qui nous fait battre le cœur et non pas que cette main-ci soit si douce, ou bien qu’elle soit encore jeune ou qu’elle ait déjà la marque, le prix et le poids des années.

C’est ainsi, lorsqu’une musique prend le nom d’une ville, d’une ville que nous aimons, c’est un peu comme si elle devenait une part de nous-mêmes. Mais si la musique révèle ce lieu – sans doute a-t-elle ce pouvoir – plus encore elle révèle le musicien lui-même. Mais davantage enfin : elle nous révèle à nous-mêmes.

 billcarrothers.jpg

« Excelsior » est sans doute l’un des plus brillants moments de la musique, de ceux qui nous montrent combien celle-ci ne peut reproduire un monde. Mais comment elle peut faire d’un monde caché, d’un monde que l’on ne voit pas, un monde ouvert. La musique ne crée pas en ce sens qu’elle produirait quelque chose. Et ici qu’elle retracerait une histoire, celle dont le pianiste se souviendrait avec une émotion et une intensité plus ou moins grandes.

La musique d’Excelsior crée parce qu’elle révèle. Parce qu’elle est une poésie la musique de Bill Carrothers nous ouvre à notre propre vie en nous conduisant dans une lumière que nous ne connaissions pas encore. C’est là le propre d’une œuvre d’art quand elle est au plus intense d’elle-même. C’est ainsi qu’est la musique de Bill Carrothers, sans doute un pianiste rare, si rare !, l’un de ceux dont la musique est  « faite seulement de ce rien qui respire entre contraires, entre un battement du cœur et le battement d’une aile, la fin et l’infini. »  (Lorand Gaspar).

 sunrise20over20docks20rgthumb.jpg

(Les images d’Excelsior proviennent du site internet officiel de cette ville)

La musique en écoute « streaming » est ci-dessous:

http://www.musicme.com/Bill-Carrothers/albums/Excelsior-3760195730072.html?play=01

(1) On dit que c’est là l’origine du mot Minnesota dans le langage des indiens Sioux



« A présent, c’était l’aube. » A propos de « Knowing Lee » par Lee Konitz, Dave Liebman et Richie Beirach

piprav1.jpg

Le jazz vit au cœur intime de l’incertitude, il vit du crépuscule et de sa lumière quand elle vacille et parfois fait murmurer ses plaintes. Cette musique ne s’entend, il faut le croire, que lorsque nous sommes, comme elle, entre « chien et loup ». Lorsque nous sommes perdus, hésitants et pourtant comme jamais en ces instants où nous sommes nous-mêmes, liés indissolublement à notre destin. Le jazz est toujours ainsi, toujours une musique de l’aube, de là où tout commence mais où rien encore n’est fait, où rien n’est décidé. Alors que tout, ou presque sans doute, est possible. Le jazz est toujours une musique du soir, une mélodie de ces moments où nous frissonnons devant l’horizon, quand le soleil disparaît et que nous ne pouvons saisir une main que seulement nous frôlons mais dont nous savons bien qu’elle nous échappera sous le regard d’une étoile pâle. Plus pâle que les autres et qui s’enfuit à nos yeux quand elle demeure dans notre cœur. Sur aucun chemin assuré le jazz ne saurait nous conduire. Il n’y fut et n’y sera jamais lui-même. C’est pour cela qu’il est comme l’essence-même de la musique : une quête sans fin et qui peut-être s’ignore elle-même. 

 leekonitz.jpgleekonitz.jpgleekonitz.jpgleekonitz.jpg

C’est pour cela aussi qu’il est la source inépuisable de bonheurs intenses. On peut bien traverser des déserts, se reposer et s’enchanter, s’assoupir dans quelques oasis, il est dans la nature la plus profonde, dans le tréfonds même du jazz de nous conduire au bord du précipice : là où se trouve la joie. Là où nous savons bien que nous sommes capables de voler, de nous abstraire de la terre et de devenir ce que nous sommes, de nous trouver enfin nous-mêmes.

  231972158882d3f88418.jpg

Oh, il n’y a pas tant que ça des ces moments aussi exceptionnels. Il n’y en a pas tant dans une vie. Que l’on soit musicien ou que l’on écoute la musique ce qui n’est pas bien différent contrairement à une idée reçue et si courante. Mais c’est l’une de ces chances, l’un de ces trésors qui nous attendent au tour et au détour de nos chemins de traverse et qui nous font vivre. Si quelque chose s’appelle l’espoir, c’est peut-être bien cela. Ca n’est pas un but car alors nous ne le verrions jamais cet instant de bonheur ! Nous le manquerions, fascinés par la cible, par la flèche, par l’arc tendu.  

knowingleeleekonitzdaveliebmanrichiebeirachb004jkdxtc.jpgknowingleeleekonitzdaveliebmanrichiebeirachb004jkdxtc.jpg 

C’est au contraire un don qui survient et un don comme celui-ci ne peut qu’être total. Il ne provient ni d’une attente, ni d’une demande, encore moins d’une quête. Il ne peut recevoir aucun remerciement. Ce don est comme cela : il est absolu. Le jazz est ainsi qu’il nous donne ce qu’il est tout entier. Pas à chaque fois. Mais il suffit d’une « occasion » comme celle qui sous le nom de « Knowing Lee » vient d’apparaître. Lee Konitz, Dave Liebman et Richie Beirach viennent là de nous donner le meilleur.

 1298320890.jpg

Non d’eux-mêmes ce qui, il faut en convenir serait déjà beaucoup. Ils viennent de nous donner une musique qui est le plus intense, le plus brûlant, le plus imaginatif (car on n’a pas fini, écoutant et écoutant encore cet enregistrement – OutNote records OTN 006 distribution Harmonia Mundi – d’imaginer et de rêver) qui se puisse. Il faut sans doute donner un peu de soi, un peu de son innocence (à aucun moment de son « savoir », de ce que nous connaissons du jazz et de son histoire car ce serait alors affaire de spécialistes, d’historiens, de « culture ») : il faut soi-même se donner à ce don que nous font ces trois compères.

 daveliebmanwideweb430x279.jpg

Tout don, n’est-ce pas, ne se reçoit que si l’on est capable soi-même non de recevoir mais de donner. Et il n’y a aucun don qui soit une obole. Sinon ce don n’en est pas un mais seulement une sorte de prêt, quelque chose de partiel qui attend sans le dire, un geste en retour. Ici, avec « Knowing Lee », la seule chose qui soit vraie n’est pas que nous connaissons mieux Lee Konitz (et pourquoi pas Dave Liebman, et pourquoi pas Richie Beirach : ils sont tous trois indissociables et leur musique est proprement unique) mais que nous sommes avec cette musique enfin éveillés, que nous nous trouvons au bord du gouffre, au bord de nous-mêmes et de toute notre vie. 

richiebeirach.jpg

Coda 1 : « A présent, c’était l’aube. Elle était venue sans qu’il s’en aperçût…Lorsqu’enfin il se mit en marche, il eut l’air de voltiger avec la légèreté d’une feuille le long du mur grisonnant… comme une feuille qui n’aurait pas tout à fait assez de vent pour la maintenir en mouvement. Le jour croissait graduellement sans paraître émaner  de quelque source ou direction que ce soit. Maintenant, il pouvait parfaitement lire les mots, les caractères, bien qu’ils eussent encore tendance à danser et à empiéter l’un sur l’autre dans un aimable chassé-croisé de signification… (« Pylône » William Faulkner éditions Gallimard)

43991670248be6c6d9a9.jpg

Coda 2 : A toutes fins utiles on précisera qu’il s’agit ici d’un enregistrement à la fois « historique » et hors du temps.

 http://www.musicme.com/David-Liebman/albums/Knowinglee-3760195730065.html?play=01



« Je te verrai dans mes rêves » ou le miroir du monde selon Alain Gerber

untitled2.bmp

Il est des livres plus étranges que d’autres. Plus étranges parce que plus proches. Non pas de cette « proximité » dont on nous rebat les oreilles pour nous faire croire que l’on pense à nous et que l’on serait à notre service en nous vendant de la poudre de perlimpinpin aux prix de l’or noir. Mais plus proches parce qu’ils nous entraînent jusqu’à notre « corps défendant » vers des régions que nous ignorons ou que nous croyons ignorer et qui s’avèrent à la fois fascinantes et dérangeantes. Sans cesse ; tout au long de la lecture. Dérangeantes parce qu’elles ne cessent de provoquer des interrogations auxquelles nous ne pourrons jamais répondre avec certitude. Et, parce qu’en même temps nous sommes attirés irrésistiblement par la « suite », par « ce qui va arriver », par cette « vérité » que nous voulons découvrir, à la ligne suivante, à la page que nous allons immanquablement tourner, au chapitre qui vient et dont le dernier n’a peut-être pas même de terme.

Le dernier livre d’Alain Gerber qui vient de paraître sous le beau titre musical « Je te verrai dans mes rêves » (éditions Fayard) est de ceux-là. Il est de ces livres qu’on ne lâche pas. A moins que ne ce soit le livre lui-même qui, s’attachant à vous ne vous quitte pas. Allons savoir…

1496010197.jpg1496010197.jpg1496010197.jpg

(Alain Gerber)

Dans le monde littéraire d’Alain Gerber on connaît les romans, on connaît les vies imaginaires et réelles de musiciens de jazz, on connaît les récits, on connaît les essais.

« Je te verrai dans mes rêves » est un livre à part dans l’œuvre de cet écrivain. Il ressemble à tous mais il est surtout différent de chacun d’entre eux.

Le film de Woddy Allen « Accords et désaccords » dans lequel Sean Penn interprétait un guitariste de jazz du nom d’Emmet Ray et plus encore ce dernier sont à l’origine de « Je te verrai… ».

 articlephoto121103389698410.jpg

(Woody Allen)

C’est ainsi que le livre commence à Venise par un entretien entre le cinéaste et l’auteur. Un Woody réel, « plus vrai que nature ». Un Alain tout aussi « réel » mais dont il faut bien se résoudre à penser qu’il est aussi et sans doute d’abord, en cette circonstance, un personnage de fiction.

Voici comment Alain Gerber nous raconte le début de sa quête d’Emmet Ray. Nous savons bien qu’Alain Gerber connaît l’histoire du jazz mieux que le fond de sa poche. Alors, que Woody, cinéaste génial, clarinettiste de jazz à ses heures, mais surtout « l’un de ces heureux menteurs qui disent toujours la vérité » lui parle d’un guitariste « génial » absent de tous les dictionnaires et de (presque ?) toutes les mémoires et le voici parti dans une quête méthodique et acharnée.

Mais est-ce Gerber qui nous raconte ses recherches ? Tout cela est bien sûr inventé, y compris ce Gerber-là, celui qui va de la banlieue de Paname au cœur d’un Etat d’Amérique sorti dont ne sait quelle cinématographie, sur les traces d’Emmet Ray.

imagescaemphlf.jpg

(Emmet Ray ou bien Sean Penn)

Alain Gerber, dans ce dernier opus, s’avère, maître du suspens. Davantage qu’Hitchcock lui-même. Parce que son suspens n’est pas seulement celui qui est animé par cette interrogation récurrente, cette question qui nous taraude indéfiniment : « Qu’est-ce qui va arriver ? », « Que va-t-il donc bien se passer ? », « Le ciel va-t-il, en venant du Japon ou d’ailleurs, nous tomber enfin sur la tête ? ». Parce que le suspens de l’écrivain, celui qui anime cette fois le livre tout entier, c’est celui de savoir si ce qui est dit, écrit, suggéré ou dévoilé, est réel ou non, si cela est vrai ou non.

imagescarjvoxq.jpg

Il faut être très attentif, l’esprit empreint d’une grande habileté, faire preuve d’une logique que même Sherlock Holmes ne saurait connaître, pour au détour d’une page ou d’une autre, savoir de quoi nous parle le livre : d’un musicien qui a réellement existé ? d’un autre Django en l’occurrence, qui est présent au premier plan quand il ne l’est pas au second mais dont on ne sait plus très bien s’il ne serait pas Emmet Ray lui-même, à moins qu’Emmet ne soit une figure de Django ? d’un cinéaste à Venise ou de son ombre ? d’un écrivain ou de son double ?

Et le livre lui-même est-il réel ou bien est-il imaginaire ?

Il n’y a pas de réponse à la question. Et c’est bien là le « pire » ! C’est bien là le « coup de force, c’est-à-dire le coup de génie » d’Alain Gerber.

« Suis-je en train d’inventer Emmet Ray à mon tour ? Je suis romancier, pas musicien. Je n’ai pas vécu à Botelneck. Bottelneck, pas plus que Venise ou Montréal, n’a jamais eu aucune réalité pour moi. Je peux me tromper. Je suis même fait pour ça : broder, divaguer, prendre les vessies pour des lanternes, regarder le monde comme un miroir des livres. » 

Parce que le monde est un miroir des livres, des fictions et des rêves comme le dit la chanson, et non pas le contraire, ce livre est sans fin. Sans fin, il est peut-être avant toute chose une sorte de réflexion – mais plutôt de fable ou de conte, peut-être de récit – sur ce qu’est la littérature. Sur ce qu’est la réalité, sur ce qu’est l’imaginaire, sur ce qu’est la vie.

untitled.bmpuntitled.bmp

C’est donc autour de Minuit que l’on devrait trouver ce très beau « Je te verrai dans mes rêves », pierre blanche sur l’itinéraire si fertile d’un écrivain si singulier, pour ne plus jamais pour le lâcher, pour ne plus jamais l’oublier.

Comment oublier cette interrogation qui est l’origine-même du livre ? Comment l’oublier puisqu’elle nous met nous-mêmes en question ?

La musique du film

  http://www.musicme.com/Woody-Allen/albums/Accords-Et-Desaccords-sweet-And-Lowdown-bof-5099749750227.html?play=01

et par la sublime Anita O’Day

untitled1.bmp

http://www.musicme.com/Anita-O%27day/albums/The-Very-Best-Of-Anita-O%27day-3661585696735.html?play=01



Des nouvelles de l’Océan Indien chapitre I: l’île Maurice

runionmaurice2011232.jpg

Sans doute, comme l’écrivit Cesare Pavese, cité par Bertrand de Robillard dans « Une interminable distraction au monde » (L’Olivier) :

« La maturité est aussi la chose suivante : ne plus chercher au dehors mais laisser parler la vie intime, avec son rythme qui seul compte. » 

arton22018e3bce.jpg

Le rythme est cela même qui bat au cœur de la vie et de l’épreuve que nous en faisons, de cette épreuve dont elle ne se distingue pas et que le jazz porte en lui, lui qui est fait de rythme comme de « feeling » ce qui pourrait bien être la même chose.

Bertrand de Robillard est l’un des écrivains les plus importants de l’île Maurice dont il est l’un des deux représentants au Salon du livre de Paris en cette année 2011. Il est aussi un amoureux de jazz auquel il fait parfois référence dans ses romans. Il est l’auteur du dossier « Jazz en héritage »  publié par la revue mauricienne « Performances » à la suite de la disparition du saxophoniste Ernest Wiehe en juin 2010.

20106largeimg210jun2010123758520.jpg

(E Wiehe à gauche sur la photo)

Sur l’île Maurice le jazz est particulièrement vivant, de l’hôtel Tamarin réputé « le seul club de jazz » de l’île au Melting Pot de Moka en passant par le Blue Bambou de Mahébourg ou Le Sapin de Camp Levieux.

Eric Triton, Clifford Boncoeur ou son frère Jonathan, Cyril Michel, Dean Nukadoo, Philippe Thomas, Samuel Laval, Mylène Bamboche, Caroline Auckbaraullee sont parmi ceux, nombreux et très talentueux qui font du jazz une musique vivante un peu partout à Maurice. Avec passion.

15erictriton.jpg

(Eric Triton)

Peut-être que le ciel des tropiques – plus vaste, plus immobile souvent -, peut-être que la lumière qui frappe la nature et les hommes aussi, là-bas, sont propices à ce que la vie se dévoile dans les rythmes de la musique. Il n’est alors pas surprenant que, loin de La Nouvelle-Orléans, de New-York, de Chicago, le jazz qui se moque des frontières, ait une place essentielle.

gifbertrandinter1.jpg

(Bertrand de Robillard)

C’est sans doute pour les mêmes raisons que, Bertrand de Robillard dans le roman déjà cité écrit aussi : « Car j’étais d’avis qu’en matière de littérature, comme en musique, il y avait une question déterminante liée au rythme, en vue d’une appréciation correcte de l’ouvrage. Toutefois, si dans le domaine musical la décision du tempo incombe au musicien, en littérature c’est au lecteur que revient cette option – qu’il prend généralement sans y penser. » 

runionmaurice2011141.jpg

C’est ainsi qu’il peut conclure ainsi cette  » Interminable distraction au monde » :

« … Notre aventure, vraisemblablement, ne sera pas celle que nous sommes, à tort, allés chercher dans un ailleurs étranger à nous, mais plutôt ce cheminement intérieur dont tu me parles. Il m’est apparu, pour utiliser une métaphore que tu apprécieras peut-être, comme une improvisation musicale, une sorte de musique aléatoire, un morceau en cours de composition où l’on pourrait percevoir, du compositeur opérant en terrain inconnu, les doutes et les hésitations, qui se feraient de moins en moins fréquentes à mesure qu’approcherait la fin. Une musique qui trouve résonnance dans ma préférence, comme la tienne, à cultiver le doute plutôt que la certitude. Et je me dis que je veux continuer de cheminer à tâtons, à tes côtés. »

Des nouvelles de l'Océan Indien chapitre I: l'île Maurice u3661585418849

En coda on peut ici écouter Eric Triton et son album « Blues dan mwa »:

http://www.musicme.com/Eric-Triton/albums/Blues-Dan-Mwa-3661585418849.html?play=01



Le jazz, une musique « impossible », une musique éternelle

johncoltranebluetrainbluenote.jpg

Le jazz se joue sans cesse, s’invente sans cesse. Le jazz est exactement comme ce que nous sommes, comme ce que nous vivons, souvent sans même nous en apercevoir, sans en prendre conscience. Le jazz, oui, est « inconscient » ! Il est inconscient en ce sens qu’ il ne recherche pas, par un processus conscient, par un processus conscient de représentation, sa propre vérité et encore moins la vérité. Il sait que cette vérité n’est qu’une possibilité jamais atteinte.  Comme telle, la vérité, celle que nous dit le jazz, la vérité donc est aussitôt remise en cause, non comme un accident qui lui adviendrait fatalement, comme le fait d’une fatalité extérieure, mais parce qu’elle porte en elle, dans son essence, d’être cette possibilité, d’être une possibilité, non pas n’importe laquelle mais celle qui advient. Cette vérité est une remise en cause. Elle est vérité en tant que remise en cause. 

dukeellington5.jpgdukeellington5.jpg 

Cette possibilité est par conséquent, tout autant une impossibilité : elle est d’abord, de façon primordiale une impossibilité. C’est toujours ce qui était impossible qui advient et devient possible. Si ce possible qui advient était possible avant d’advenir alors il ne serait plus tout à fait une possibilité. Il serait déjà une réalité fixe. En tout cas une réalité capable de se « fixer », déjà en train d’apparaître. Et, il n’y a aucune réalité fixe, aucune réalité qui soit préétablie. Il n’y a que des impossibilités qui deviennent possibles et qui portent en elles, de façon immédiate et immanente leur remise en question, leur disparition éventuelle.

 20090106050933charlie20haden500.gif

Si l’on considère la musique « classique », telle en tout cas que nous l’appréhendons aujourd’hui, elle est écrite et si toutes les interprétations divergent, la part de chacune d’entre elles est, par définition, restreinte. L’œuvre est comme préétablie. Elle est la vérité à laquelle il faut se référer et qui ne peut s’inventer. Qui peut se « moduler », s’infléchir, mais pas se créer à nouveau en tant que telle.  C’est ce que dit Richie Beirach dans une interview à Jazzz Magazine en octobre 2010 : « J’ai vite compris que sur dix versions d’une étude de Chopin, toutes différentes et de qualité, il n’y avait que 5% d’interprétation personnelle. Ce n’est pas assez, pour mon ego en tout cas. Le jazz te met en situation d’assumer pleinement ton rôle de créateur, d’agir sur la musique dans toutes ses dimensions et ça dans l’instant du jeu,, en relation directe avec d’autres personnes. La conséquence c’est qu’on ne peut pas jouer deux fois la même chose. C’est impossible »  Le jazz est donc comme une sorte de musique impossible parce qu’il n’est fait que de remises en cause. L’improvisation est, bien sûr, la face la plus visible de cette nature « impossible » du jazz. Mais ça n’est pas seulement cela. Cette nature du jazz, cette nature de l’impossible dans le jazz est plus profonde encore.

charliechristian.jpg 

Le jazz est une musique qui ne part que d’elle-même. Elle ne part pas du monde qu’elle ne décrit pas. Elle ne part pas non plus d’une tradition qu’elle aurait pour tâche de faire se survivre à elle-même par tous les moyens, y compris ceux de la dissimulation. Le jazz n’est là que pour créer. Pour créer quelque chose qui n’existe pas encore. Pour inventer un monde, pour inventer le monde. Non pas pour choisir parmi tous les mondes possibles celui qui serait le meilleur ; pour les musiciens, pour les amoureux du jazz,  ou même pour tous les hommes de la Terre. Le jazz est cette musique qui ne cessant d’inventer, propose et ne dispose ni n’impose. Le jazz n’est pas une « leçon », il n’est pas un dogme, il n’est pas une « réalité ».

  

2.jpg2.jpg2.jpg

Le jazz est une fiction : au sens où cette fiction est la seule réalité possible, ce qui nourrit le réel, ce qui permet au réel, à toutes les autres formes de réalité, de s’épanouir ou, en tout cas, d’être possibles. Le jazz est une musique qui, peut-être n’existe pas. Voilà sans doute pourquoi on a autant de mal à la définir. Voici pourquoi elle est, décidément, indéfinissable. Comment voulez-vous qu’elle soit définissable si elle est impossible ?  Le jazz est comme les romans : il peut bien « partir du réel », mais c’est le réel qui a besoin de lui. Alain Gerber qui a tant écrit que « le jazz est un roman », nous l’a assez démontré. 

02520090725shirleyhorn.jpg

Le jazz fait voir la réalité en ce sens qu’il nous fait éprouver en nous-mêmes ce que nous sommes nous-mêmes et qui, comme par hasard, constitue le fondement originaire et primordial de toute réalité. Il nous fait voir cette réalité parce qu’étant créé lui-même à partir du cœur le plus intense de cette épreuve de soi, de ce pathos consubstantiel à toute existence, il le dit, ne s’en cache pas, ne dissimule décidément rien, même dans ses formes ou ses expressions les plus pudiques, qu’elles relèvent de la joie, du bonheur, de la souffrance ou du malheur et de tous les avatars d’une vie. Nous disant le « plus près », le jazz nous apprend à voir « l’impossible ». Le jazz ne ment jamais. Sauf le marketing…cela de soi ; mais alors le jazz, son âme, a depuis longtemps disparu. Le jazz ne se marchande pas.

image001.jpg

Le jazz n’est pas non plus une « idée » : il n’y a jamais eu quelqu’un qui aurait dit : je vais imaginer quelque chose, quelque chose de possible parmi tout ce qui est possible, que personne n’a encore imaginé, quelque chose d’impossible aux yeux de tous, et que je vais appeler « le jazz ». Personne n’a inventé le jazz. Le jazz s’invente tout seul en quelque sorte. Il a comme sa propre vie. Sa propre vie ce sont toutes les vies que les musiciens « lui font subir » et lui donnent. Et les dieux du jazz savent qu’il en a subi et qu’il en subira encore de drôles et de pas toujours mûres, ce « bon vieux jazz ». Et que c’est à cause de cela qu’il vit toujours et, n’en déplaise aux grincheux ou aux jaloux, qu’il est immortel. 

 0x0modstyle.jpg



les « django d’or » 2010: les nouveaux talents et les plus anciens

thumbdjangodorbanner.jpgthumbdjangodorbanner.jpgthumbdjangodorbanner.jpgthumbdjangodorbanner.jpg

Les récompenses des « Django d’or » qui sont un peu les prix Nobel du jazz à moins qu’il ne s’agisse du prix Goncourt et du Renaudot associés, à moins encore que ça ne soit tout cela à la fois, et peut-être mieux encore (?!!!!!!!!!), bref ces récompenses ont été décernées le 27 novembre dernier.

C’était au théâtre Marigny. Et outre qu’il y avait beaucoup de monde il y eut un hommage au cinéma, au cinéma quand il joue du jazz, quand il s’inspire du jazz, quand il respire le jazz.

Dans la catégorie Nouveau Talent a été récompensé Thomas Enhco Trio pour son album

« Someday my prince will come ».

410000155diffusion.jpg

Dans la catégorie DjangodOr Musicien Confirmé a été récompensé Andy Emler MegaOctet pourson album « Crouch, touch, engage »

 andyemlerchristianducasse.jpg

Dans la catégorie DjangodOr Spectacle Vivant a été récompensé Rhoda Scott Ladies Quartet.

 otonal0901.jpg

Dans la catégorie DjangodOr SACEM de la création a été récompensé  Jean-Loup Longnon

0.jpg

Dans la catégorie DjangodOr Prix Frank Hagège a été récompensé  Eddy Louis.

eddylouiss.jpg



1...56789

louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
LIVE ON MARS ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'instant Critik
| lyd music
| ROCK'N'POP RELIGION