Notes de la rentrée : encore un effort !

 

Notes de la rentrée : encore un effort ! b_1_q_0_p_0-300x300

 

Anti Rubber brAIN fActOry & Mar0kAït

Avec Yoram Rosilio (b, fl, perc, direction, arrangements), Nicolas Souchal (tp,flute, perc), Jérôme Fouquet (tp, fl, perc), Jean-Brice Godet (cl, fl, perc), jean-Michel COuchet (ss, as, fl, perc), Florent Dupuit (ts,bfl, fl, piccolo, perc), Benoît Guenoun (ts, ss, fl, perc), Paul Warcenier (p, vibraphone, balafon, fl, perc), Rafael Koerner (dm), Eric Dambrin (dm, perc), François Mellan (soubasophone, fl, perc) – Label LFDS

 

On pourrait s’attendre « à tout », à des choses débridées, surprenantes, choquantes, étouffantes, folles, extrêmes. Il faut qu’un tel nom d’orchestre (ARBF – pour faire simple) et l’énigmatique MarOkAït (pour respecter là aussi la graphie) suffirait à effrayer un peu l’auditeur non averti et qui ne serait pas à la recherche de la liberté la plus absolue, celle dont on se demande parfois et à juste titre si elle est bien aussi « libre » qu’elle l’ose et le prétend.
Mais ce n’est pas tout à fait de cela dont il s’agit. Car, en réalité, on pourrait dire qu’il y a ici beaucoup de sagesse. Il y a certes quelques folies, quelques débordements et même des débordements qui débordent (on peut le dire ainsi ?). Mais enfin, on en a entendu – et aimé, beaucoup aimé – bien d’autres. Le « free jazz » étant passé par là depuis longtemps. Mais ceux-ci sont si bien faits, si maîtrisés, si pertinents, que cette musique, oui, est finalement « sage ». Et que c’est pour cela qu’elle est belle et souvent fascinante. Il suffit de citer Yoram Rosilio pour le dire encore mieux : « Tous les meilleurs ingrédients de la transe sont là. C’est un travail permanent d’équilibre et de liberté entre maîtrise du groove et provocation du chaos. »

Et, oui, il y a ici du déséquilibre qui se respecte, qui se retient : jamais personne ne chute et le danger est ce qu’il y a de plus sidérant, de plus beau.

Pour être plus précis on dira que l’inspiration de ces six plages musicales est venue en partie – comme le titre l’indique à sa manière – du Maroc. Le Marokaït étant pour sa part « un idiome vernaculaire de la population juive de cette partie du Maghreb » et c’est au travers des dialectes de plusieurs régions du pays et des musiques que l’on y pratique, dans leur diversité aussi, que Yoram Rosilio et ses très talentueux compagnons sont allés chercher leurs sources. Pour nous les faire partager avec beaucoup de talent et de joie à partager.

 

Image de prévisualisation YouTube

Romain Baret « Naissance de l’horizon »

Avec Romain Baret (g), Michel Molines (b), Sébastien Meca (dm), Eric Prost (ts) et Florent Briqué (tp, bugle) – Label Pince-Oreilles / Inouïe distribution.

 

Il y a de bons moments et puis il y en a de moins heureux. C’est un peu ce qui passe avec ce disque de Romain Baret. Voici un guitariste extrêmement talentueux, au son magnifique. Mais voici une musique qui ne nous apprend pas grand chose. Comme si nous l’avions déjà entendue. Notons que je dis « nous » mais que je devrais dire « je »: il ne s’agit peut-être que d’une impression personnelle. Il reste toujours à chacun la possibilité de se faire son « opinion » (s’agissant de musique, c’est sans doute le terme le plus mal choisi qui soit), ou mieux de ressentir avec émotion, passion, intérêt, de quelque sorte que ce soit cette « Naissance de l’horizon », un très beau titre au demeurant.

b_1_q_0_p_0r-300x300

 

Manu Carré Electric Five « Labyrinthe »

Avec Manu Carré (sax, compositions), Aurélien Miguel (g, compositions), Nicolas Luchi (b), Florian Verdier (claviers), Félix Joveniaux (dm) – Label ACM /  Socadisc

 

Fatalité sans doute. C’est un peu la même chose ici que précédemment. Sans doute un peu plus de vitalité. Mais rien de neuf sous le soleil. On me dira à juste titre qu’il n’est pas besoin de faire du nouveau pour être intéressant. Et cela est parfaitement vrai. Mais lorsque l’on compose, on invente et, si l’on invente, ou bien ça ne ressemble à rien (ce qui n’est pas le cas ni ici ni chez Romain Baret, je m’empresse de le dire) ou bien souvent (et alors c’est malheureusement et du même coup trop souvent) sans suffisamment d’intérêt pour que l’on puisse se dire quelque chose comme ça : oui, c’est bien, mais bon… finalement il n’y a pas vraiment d’originalité, pas vraiment de style, pas assez d’émotion.

Ici, l’on trouve d’excellents instrumentistes (avec une mention spéciale pour Aurélien Miguel), une composition pertinemment assez extravagante comme « Le chat feule »., mais au total on aimerait être plus dérangé ou bien plus envoûté.

Image de prévisualisation YouTube

 

Yaël Angel « Bop Writer »

Avec Yaël Angel (vocal), Olivier Hutman (p), Yoni Zelnik (b), Tony Rabeson (dm) – Label Pannonica / In Ouïe

 

Sans doute ici n’y a-t-il pas de miracle. Mais néanmoins un très bel album à partir d’un « projet » assez audacieux, celui de mettre en paroles et en voix donc des musiques comme « So What » (Miles Davis), « Round Midnight » (ce n’est pas une première) mais aussi quelques autres thèmes de Monk (« Rhythm-A-Ning », « In Walked Bud »), de Mingus (« Goodbye Pork Pie Hat ») et, plus surprenant d’Ornette Coleman (« Lonely Woman »), de Steve Swallow (« Falling Grace ») et plus encore Wayne Shorter (« Teru », « Infant Eyes »).

 

Voici un pari qui n’était sans doute pas gagné d’avance. D’autres s’y seraient sans doute égarés. Yaël Angel, de sa belle voix grave, ses compagnons expérimentés et talentueux, offrent une nouvelle écoute, de nouvelles lumières, de superbes couleurs à ces thèmes qui nous sont pour la plupart familiers. Et qui, ici, trouvent une sorte de nouvelle vie sans rien effacer de ce qu’ils sont dans leurs versions originales, cela va de soi.

Il est ainsi des chemins que l’on imaginait pas et qu’il toujours agréable de parcourir pour trouver de nouvelles sensations dans des lieux familiers.

 

 

 



Laisser un commentaire

louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
LIVE ON MARS ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'instant Critik
| lyd music
| ROCK'N'POP RELIGION