Sarah Lenka: la joie de Bessie Smith

Sarah Lenka: la joie de Bessie Smith index1

Ce fut la première de toutes les grandes chanteuses de jazz. On la surnomma « L’impératrice ». Pouvait-on faire mieux, pouvait-on faire davantage ?

index

Bessie Smith est aujourd’hui, pour des raisons sur lesquelles il es inutile de s’étendre, passée « à la postérité » : elle n’est devenue, le plus souvent qu’une référence « historique », éclipsée par Billie, Ella et tant d’autres et qui appartiennent à d’autres générations.

 

C’est donc une joie de voir qu’une jeune et talentueuse chanteuse française comme Sarah Lenka vient de consacrer à Bessie Smith (1894 -1937) un si beau disque !

Si beau, parce qu’empreint de joie de vivre, d’intelligence et même de méticulosité musicale, d’une réalisation absolument impeccable (beaucoup de studios majors devraient en prendre de la graine).
Si beau, parce que Sarah Lenka, sans vouloir égaler Bessie, lui donne tout son cœur, toute son âme, toute la poésie dont elle est capable, douée qu’elle est d’une immense et intense générosité.

sarah_lenka-725x375-300x155

Intitulé « I dont dress fine » (jazzz&people) ce disque est un véritable petit joyau. Et s’il permet de découvrir ou de redécouvrir Bessie Smith, et bien, c’est encore mieux…

hqdefault-300x225

Avec Sarah Lenka (voix), Fabien Mornet (banjo, dobro), Taofik Farah (guitare nylon), Manuel Marchès (contrebasse), Malo Mazurié (trompette, bugle), Ben L’Oncle Soul apparaît sur « Far Away Blues » avec l’aimable autorisation d’Universal Music

 



Laisser un commentaire

louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
LIVE ON MARS ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'instant Critik
| lyd music
| ROCK'N'POP RELIGION