Dernières nouvelles du jazz

 

aboucaya

 

Parmi les disques qui sont publiés chaque mois, inexorablement, comme si ce que l’on appelle « la crise » n’existait pas et celle du CD en particulier écoutons avec attention ce qui se fait sans esbroufe, sans volonté de plaire particulièrement en tout cas par aucun « effet » qui serait comme une réponse aux attentes supposées d’un auditeur que l’on ne nommerait pas « le marché » mais qui pourtant n’aurait d’autre nom.

Ils sont nombreux certes à être ainsi. Mais comme la presse – celle du jazz n’échappant évidemment pas à cela – a elle aussi besoin de séduire, c’est plus souvent sur « ce qui est censé faire vendre » que les « projecteurs » sont braqués que sur les productions de musiciens qui n’ont de cesse d’être eux-mêmes et rien de plus, tentant – et réussissant donc souvent – de nous donner d’heureuses musiques de toutes sortes.

 

Parmi « les dernières nouvelles du jazz » (pour reprendre le titre d’un excellent livre de Jacques Aboucaya paru aux éditions L’âge d’homme » dans une version désormais « augmentée) on ira avec bonheur vers trois enregistrements qui ne feront peut-être pas la « Une » mais qui méritent le détour.

Dernières nouvelles du jazz dur062014

 

  • André Jaume n’a rien perdu de sa liberté, ni de sa vitalité. Le saxophoniste, avec SMTGH Close To SMTGH (Label Durance) répond au fameux Something enregistré en 1991. Non pas comme un point final mais aussi bien comme un nouveau parcours, tout aussi imaginatif et créatif. Avec l’excellent guitariste Alain Soler qui se révèle un compagnon essentiel pour André Jaume et aussi Pierre Fénichel à la contrebasse et Anthony Soler à la batterie. André Jaume a toujours parcouru des chemins étranges et c’est ainsi qu’on l’aime, inventif, courageux, explorateur infini…

jean-paul-daroux-quartet-300x300 André Jaume

  • Jean-Paul Daroux lui, est un pianiste qui vient du rock et de quelques autres musiques avant de s’être consacré pleinement au jazz. Il a été l’élève de Michel Sardaby. Il a travaillé avec Franck Avitabile et Bojan Z. Pour Déambulations (ACM jazz label), il a réuni ses camarades Benjamin Moine à la contrebass et et Gilles Le Rest à la batterie. Mais c’est le saxophone de Samy Thiébault qui donne aux compositions de Jean-Paul Daroux toutes leurs couleurs, elles qui portent des titres prêtant à toutes les fantaisies comme « Vent d’est dans les vignes » ou « La véritable histoire d’Ernesto Guevara ». C’est ainsi que son piano résonne pleinement et nous entraîne dans de séduisants paysages.

 

just-in-time-cd Dernières Nouvelles du Jazz

  • Jean-Loup Longnon mêle dans Just In Time (distribution UVM) ses compositions et huit standards. Il nous annonce son quintet mais l’homme est amoureux des grandes formations et ils et elles sont nombreuses à le rejoindre. On s’amusera à les dénombrer y compris celles et ceux qui se dissimulent plus ou moins sous des anagrammes.  Longnon est en verve assurément. Les « ombres » de ses maîtres de toujours, Dizzy ou Clark Terry pour ne citez que ceux-là, ne sont pas loin. Il sait avec un immense brio,  et avec ses compagnes et compagnons, leur donner de nouvelles clartés, toutes réjouissantes. Il y a chez Jean-Loup Longnon une force, une puissance, une énergie à nulle autre pareille. Il entraîne son « band » (on pourrait dire « sa bande », ce serait sans doute mieux, plus « français » et finalement beaucoup plus approprié) avec lui. Comment pourrions-nous résister?


louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
LIVE ON MARS ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'instant Critik
| lyd music
| ROCK'N'POP RELIGION