Ainara: la vie est plus belle

 

Ainara: la vie est plus belle artworks-000093313526-djahpq-t200x200

 

Il y a des musiques qui vous enchantent, d’autres qui vous étourdissent. Il y a celles qui sont insupportables, idiotes, marketisées à outrance (pardon pour le pléonasme), agaçantes. Il y a aussi celles qui vous surprennent, celles qui vous dérangent mais qui vous attirent, et finalement vous emportent.

Voici l’une de ces musiques étranges, étrange cette fois parce que toujours inattendue, souvent provocatrice (une façon de vous appeler à elle en vous retournant le cœur, les tripes, le corps tout entier et pendant qu’elle y est ce qui vous reste d’âme), débordant d’imagination et d’audace.

Ainara c’est le titre du nouveau disque du Trio d’en bas (après « Le trio d’en bas enlève le haut ») auquel s’est joint un autre trio le trio Kej. Ce qui fait, si l’on compte bien (mais tout le monde, même parmi les musiciens, ne sait pas compter), six oiseaux (Ainara signifie « hirondelle » en Basque – et tout le monde ne parle pas le Basque que je sache) pour deux trios.

ainara1-300x300

Ce n’est sans doute pas deux fois plus de folie (parce que la folie ne se multiplie ni ne se démultiplie) mais c’est comme une expérience osée, parfois drôle, souvent délirante, toujours joyeuse, toujours enthousiasmante. Il y a ici – toute proportion gardée, le temps ayant fait son œuvre – quelque chose d’Ellington, de Mingus, de l’Art Ensemble of Chicago et du Willem Breuker Kollectif dans ses meilleurs moments. On pourrait trouver bien d’autres références : elles seraient au moins aussi prestigieuses. Néanmoins, en les accumulant on ne parviendrait pas pour autant à donner par les mots une idée juste du vent qui souffle dans cet enregistrement. Chagrin, je dirais peut-être qu’une ou deux pièces n’égalent pas tout à fait les autres. Mais comme celles-ci sont tellement emballantes ce sont elles que l’on retient. Parce qu’elles vous saisissent et qu’elles vous renvoient à vous-même, à tout ce que vous aimez, non seulement sur le plan musical mais probablement dans la vie tout entière.

Et l’on se dit, en écoutant Ainara, qu’elle serait encore plus belle la vie, si chaque jour était le fait de ces six musiciens.

1400-358-300x76

 

Avec Samuel Bourille (saxophone soprano, piano)(TDB), Philippe Gloaguen (guitare)(KEJ), Arnaud Rouanet (saxophone ténor, clarinettes)(TDB), Yoann Scheidt (batterie, euphonium)(TDB), Pierrick Tardivel (contrebasse)(KEJ), Jean-Luc Thomas (flûtes traversières)(KEJ)

 

Références : http://compagnie3db.com

 



Laisser un commentaire

louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
LIVE ON MARS ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'instant Critik
| lyd music
| ROCK'N'POP RELIGION