Philip Catherine: comme sur un nuage

300pxphilipcatherine.jpg

« Il marchait sur un nuage. Il marchait dans le ciel. Il marchait parmi nous. Il souriait. Il montrait à tous ce qui éclairait leurs jours et ce qui laissait de même  reposer leurs nuits.

Il nous donnait ainsi la force d’aimer. Il y avait dans sa musique bien des échos du passé, tous les éclairs du présent et les fables les plus incertaines de l’avenir.

Il y avait dans la musique qu’il inventait – en l’empruntant à la mémoire de quelques ancêtres, en la dérobant au temps qui s’envole – des gouttes de pluie si fines qu’elles n’étaient chacune qu’une part de bonheur, qu’une infime parcelle de l’énergie immédiate de l’instant »

philipcatherine.jpg

La guitare de Philip Catherine, plus que jamais est aérienne. Plus que jamais sa musique est une sorte de lumière, discrète et, ainsi d’une intensité sidérante.

Il faut seulement laisser advenir la musique – sans doute ; peut-être – et alors elle en dira bien davantage que tous les discours et que les bruits du monde.

Dans cet enregistrement paru à la fin du mois de juin Philip Catherine fait de la musique, de celle qu’il trouve dans les pages écrites par Cole Porter, une poésie, une parole initiale : là où la simplicité translucide est la source du rythme et celle du plaisir, le début du bonheur partagé.

philip3.jpg 

« Philip Catherine plays Cole Porter »

 (Challenge jazz 2011) avec Karel Boehlee (p), Philippe Aerts (b) et Martjin Vink (dms)



louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
LIVE ON MARS ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'instant Critik
| lyd music
| ROCK'N'POP RELIGION