« Ko-Ko » et les origines du jazz

  12018.jpg

« Le visible est la manifestation de l’invisible » : c’est sur cette affirmation que se clôt le livre d’Alain Pailler, maître magicien à nous faire voir les merveilles de Duke Ellington depuis au moins deux livres un tiers[1], ce nouvel opus portant en titre le nom d’une pièce aussi fascinante qu’étrange intitulée « Ko-Ko »[2].

  dukeellingtonjohncoltranedigipackcdz.jpg

De cette affirmation, qui pourrait être celle de Spinoza, de Kandinsky et de quelques autres dont il serait éclairant de faire la liste, et qui est ici empruntée par Alain Pailler à Alphonse-Louis Constant alias Eliphas Levi, « Ko-Ko » est la plus magistrale démonstration qui soit.

kokocouv1er.jpg

Ce livre dans lequel on est d’entrée plongé, précipité faudrait-il dire, comme dans un océan de passion, de musique, de sonorités étranges, comme dans des jungles foisonnantes, aux chemins incertains, déroutants, ce livre nous dit beaucoup sur cette pièce d’Ellington.

On pourrait s’attendre à une analyse musicologique, à des comparaisons savantes, à une affaire de spécialiste et de savant. Et seuls les dieux du jazz savent combien Alain Pailler en connaît des milliers de choses et bien davantage encore sur Duke Ellington et sur ses hommes, sur ses musiques ! Il en sait, cet écrivain amoureux des secrets et des mystères, sur cette musique et sur ce musicien qui l’inventa de manière si prodigieuse ! 

  koko.jpg

Mais ce qu’il nous procure ça n’est pas une connaissance pointilleuse de « Ko-Ko », c’est avec admiration, tout ce qui fait que ce morceau singulier, à bien des égards « pas comme les autres », est emblématique non seulement des inventions ellingtoniennes, mais peut-être du jazz tout entier :

« Une brève coda fait mine de rassembler les énergies retombées afin de les relancer vers les sublimes hauteurs conquises quelques instants auparavant.

Pièce sauvage, agressive, barbare, Ko-Ko s’impose par son caractère dissonant d’une déchirante beauté. Derrière un manteau d’encre s’agrègent des fulgurances d’orage ».

  2026183dukeellingtonthebigbandsoundofdukeellington.jpg

De là où vient Ko-Ko, de là où cette musique trouve son origine – sans doute dans le tréfonds absolu, sans doute dans l’origine même du monde –, dans l’invisible où elle naît et se déploie et qui est cela même qui nous permet de voir, de là vient le jazz. C’est pourquoi, Charles Mingus et Miles Davis, sans doute, furent les continuateurs du grand œuvre ellingtonien, chacun à leurs manières sauvages, c’est-à-dire si singulières.

C’est tout ceci que nous dit Alain Pailler, qu’il nous fait vivre. Et, c’est comme si l’enthousiasme nous emportait[3]. Comme si les dieux du jazz nous transportaient soudain. En lisant Ko-Ko, en écoutant Ko-Ko. Et le jazz tout entier.

  0724352575428175.jpg0724352575428175.jpg

Et on trouvera ici « Ko-Ko » parmi toute la musique du Duke:

http://www.musicme.com/Duke-Ellington/albums/Duke-Ellington-0884463067417.html?play=01



[1] Alain Pailler a déjà publié chez Actes Sud « Plaisir d’Ellington » et « Duke’s place » et chez Rouge Profond « La preuve par neuf » dont l’un des trois chapitres est consacré aux trios du Duke.

[2] Editions Alter Ego 3 rue Elie Danflous 66400 Céret.

[3] Voir page 8 de « Ko-Ko ».



1 commentaire

  1. canada goose norge 27 janvier

    With thanks, this girl proclaimed and additionally rinsed gone that locate with gloss over get. Lars prudently lost never and additionally imagined never.
    canada goose norge http://canadagoosenorge.8ewebs.com

Laisser un commentaire

louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
LIVE ON MARS ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'instant Critik
| lyd music
| ROCK'N'POP RELIGION