Bird, Ornette ou le temps qui passe

ornettecolemantoujoursailleursm24487.jpg

Le temps passe.

Oui, le temps passe et on peut en prendre la mesure en lisant une revue de jazz.

Dans le « Bulletin du Hot Club de France » d’il y a quarante-neuf années (numéro 109 de juillet-août 1961) on pouvait lire des choses comme celles-ci. Il n’est pas mauvais de les rappeler même et surtout si elles nous disent que « le temps passe ».

hugues20panassie.jpghugues20panassie.jpghugues20panassie.jpghugues20panassie.jpghugues20panassie.jpg

Voici donc quelques extraits de « l’édito » signé Hugues Panassié :

« Que l’admiration pour les boppers et autres « progressistes » soit le plus souvent un snobisme, nulle personne intelligente ne saurait le contester… … Nous sommes vraiment charmés de lire sous la plume de Michel de Villers une pareille phrase (dans « Jazz Hot ») : « Beaucoup de gens adorent Parker qui n’y ont rien compris ». Car enfin, certains refusent de le croire lorsque c’est nous qui l’affirmons… 

 charlieparker1.jpgcharlieparker1.jpgcharlieparker1.jpgcharlieparker1.jpg

… Ca y est : la critique conformiste est en train d’avaler Ornette Coleman. Malgré la repoussante laideur de la musique de ce monsieur, la peur de ne pas paraître « dans le coup » a décidé la plupart de nos incorrigibles conformistes (sic) à entonner les louanges de ce farceur que méprisent tous les musiciens et qui met le public en fuite partout où il joue. C’est à qui acclamera le plus fort le nouveau génie… 

 2.jpg2.jpg2.jpg

 

… Et ne croyez pas que seuls les jazzmen méprisent Ornette Coleman. Les progressistes (tous ceux qui sont de vrais musiciens) en font autant. 

Et de citer Sonny Stitt (Jazz Magazine n° 64 – pour la petite histoire nous sommes au 615 !) disant qu’Ornette joue n’importe quoi dans n’importe quelle tonalité.

ornettecoleman.jpgornettecoleman.jpgornettecoleman.jpgornettecoleman.jpg

Milt Jackson, dans Jazz Hot (qui en était déjà au numéro 161 !) : « Je n’aime pas ça. Pour moi la musique doit avoir un sens. » Benny Bailey (dans le même magazine, toujours appelé à la rescousse par Hugues Panassié) : « Une bonne dactylo en ferait autant avec un saxophone. »

 

 images.jpgimages.jpgimages.jpgimages.jpg

Et Guy Lafitte lui-même (Jazz Magazine novembre 1960 n°64) n’y va pas « de main morte » : « C’est une honte d’avoir à parler d’Ornette Coleman… Un fou totalement dépourvu de génie. » 

Il n’est plus temps depuis longtemps de se livrer à la défense de Bird ou d’Ornette.

Mais il temps peut-être de savoir que le temps passe. Et que le jazz continue sa course, toujours un peu folle. Comme l’amour, comme la musique, comme la vie.

Où l’on verra que Charlie Parker savait déjà ce que la Chine deviendrait!!!

http://www.musicme.com/Charlie-Parker/albums/A-Slowboat-To-China-3700368481615.html?play=01

et on verra ce qu’est un oiseau de paradis

http://www.musicme.com/Charlie-Parker/albums/Bird-Of-Paradise-3700368444207.html?play=01

et aussi ce qui était déjà « ma musique » en 1960 et quelques jours…

http://www.musicme.com/Ornette-Coleman/albums/Live-At-The-Golden-Circle-(Vol.2)-0724353551926.html?play=01

et enfin (mais il n’y a pas de fin), le temps universel:

http://www.musicme.com/Joachim-K%C3%BChn/albums/Universal-Time-0044001667121.html?play=01



Laisser un commentaire

louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
LIVE ON MARS ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'instant Critik
| lyd music
| ROCK'N'POP RELIGION