Ronnie Lynn Patterson:la part du don

231651000011670333845275n.jpg

Tout scintille, brille, éclate, résonne, chuchote, tout se dit, se murmure, se dissimule pourtant et parfois même se dérobe. Tout advient, tout est ici, en cet instant. Tout, pourtant, semble s’échapper, s’évanouir. Les nuages sont transparents et le ciel est présent.

C’est comme cela : il y a des musiques, plus que d’autres, qui portent au bonheur. Et celles-ci ne sont jamais univoques : y a-t-il un bonheur qui ne soit empreint de quelque crainte ou de quelque douleur ?

3559870431f05f384137.jpg

Elles ont en elles la lumière et la nuit. Mais elles chantent et enchantent. C’est leur mystère. Leur mystère c’est qu’ainsi, dans leurs crépuscules où tout est jour et nuit à la fois, en même temps, elles nous révèlent à nous-mêmes. C’est ainsi qu’elles sont comme nous. Ou plutôt, c’est ainsi que nous sentons en nous battre notre cœur, vibrer et vivre ce qui fait notre vie.

355000155diffusion.jpg355000155diffusion.jpg355000155diffusion.jpg

Le pianiste Ronnie Lynn Patterson, avec « Music » (Out Note records/ distribution Harmonia Mundi), accompagné de François et Louis Moutin (contrebasse et batterie) nous donne une part de ce monde où la musique est tout. Où elle est l’origine et la fin. Où elle est une sorte de déploiement incessant. Où elle est une émotion en train de naître, d’apparaître et de nous faire renaître, de nous faire vivre dans toute l’intensité de notre vie, de nos sentiments, de nos sensations ou même de nos pensées.

Pas une note, pas un son, pas une chanson, pas une mesure, pas une fraction de l’espace ou du temps abolis, qui ne soient ici, la part d’une étoile, la part jamais achevée mais éblouissante du don.

25a.jpg

Trois musiciens qui jouent en telle intelligence est une chose rare. Des trios piano/basse/batterie qui ont marqué le jazz il y en a quelques-uns.

 

moutintwins4.jpgmoutintwins4.jpgmoutintwins4.jpg

Celui-ci mérite (mais il n’y a pas de « mérite » dans ce domaine) de faire partie de la liste la plus courte, la plus haute. Que François et Louis Moutin soient frères cela s’entend. Mais cette fratrie est bel et bien, pleinement, absolument, tierce. C’est ainsi que se jouent les groupes qui ont à dire vraiment, à donner sans limites, sans arrière-pensées, leurs musiques.

ronnie.jpg

Sur son premier disque « Mississippi », Ronnie Lynn Patterson avait principalement choisi de jouer ses compositions. Ici il visite quelques thèmes du répertoire américain. Mais surtout Coltrane, Monk, Ornette Coleman et Miles Davis.

va19896811px470.jpgva19896811px470.jpgva19896811px470.jpg

« Lazy Bird », « Evidence », « All blues », « Blue in green », « Moon and sand », « It’s easy to remember », tous les huit thèmes de cet enregistrement (techniquement, aussi parfait que la musique qu’il restitue – à entendre les cymbales, les peaux des tambours de Louis Moutin, on ne peut s’y tromper) sont des joyaux. Quant à « l’emballage » il vous donne envie d’acheter un CD, de le posséder comme on aime à posséder un objet : parce qu’il a sa propre beauté.

jean20jacques20pussiauowl20records.jpg

(Jean-Jacques Pussiau à droite, producteur de « Music », ici avec le saxophoniste Dave Liebman)

Je sais : on ne me croira pas. Le disque est produit par mon ami Jean-Jacques Pussiau dont c’est là le retour sur la scène du jazz avec la création de ce nouveau label Out note records dont ce disque est heureusement le premier « opus ». Les « liner notes », admirables elles aussi, éclairantes au plus intense point, sont signées Alain Gerber.

Tout cela enlève une bonne part de ma crédibilité a priori: ils sont tous deux ceux qui m’ont permis d’oser publier « Instants de jazz ».

Pourtant, écoutez : si vous êtes déçus, vraiment déçus, dites-le. Cela nous apprendra tous à relativiser. (Le premier, ce sera moi, évidemment!)

Mais, je crois profondément que lorsque nous aimons, nous devons aimer.

 



Laisser un commentaire

louvteaux jeanette bretigny... |
du rock prog au metal symph... |
LIVE ON MARS ? |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'instant Critik
| lyd music
| ROCK'N'POP RELIGION